spot_img

L’Euro Numérique peut poser des problèmes

Rassurer les milieux économiques

La Banque centrale européenne (BCE) a récemment pris des mesures pour calmer les inquiétudes autour de l’éventuelle introduction d’un euro numérique, la monnaie numérique émise par la banque centrale (CBDC). Des responsables de la BCE ont abordé les préoccupations du secteur bancaire concernant les risques de désintermédiation que pourrait entraîner cette initiative.

Bien que des dispositions aient été prises dans la conception de la CBDC pour minimiser ces risques, les associations bancaires ont persisté à mettre en avant les risques liés à l’élimination des intermédiaires financiers dans les transactions. Les responsables de la BCE ont répondu à ces préoccupations en expliquant que l’euro numérique est conçu principalement pour les transactions de paiement et non comme un outil d’investissement. Ce qui laisse la possibilité aux banques commerciales de retenir les dépôts en offrant des taux d’intérêt attractifs.

Réduire les répercussions sur le secteur bancaire

La BCE a activement clarifié les intentions et les caractéristiques de l’euro numérique, visant à éliminer les malentendus et à apaiser les craintes d’une potentielle crise bancaire. Des préoccupations ont été soulevées sur le risque de transferts massifs de fonds des comptes bancaires vers des portefeuilles d’euros numériques, ce qui pourrait priver les banques d’une source essentielle de refinancement.

Toutefois, la BCE a souligné que l’euro numérique serait équipé de mécanismes préventifs contre de tels scénarios, mettant en avant l’importance des banques dans le maintien d’un financement stable via les dépôts. La banque centrale a aussi indiqué que les véritables menaces pour les banques viennent plutôt des stablecoins, des émetteurs de monnaie électronique et d’autres entités financières non bancaires, souvent appuyées par de grandes entreprises technologiques et non de l’euro numérique en lui-même.

L’approche de la BCE envers l’euro numérique

La stratégie de communication de la BCE vise à corriger les idées fausses et à souligner l’importance de l’euro numérique dans l’économie actuelle. Christine Lagarde, présidente de la BCE, a précédemment réfuté les théories conspirationnistes liées à l’euro numérique, affirmant que son but est d’améliorer les systèmes de paiement et non d’intervenir dans les choix de dépenses des individus. La BCE se trouve actuellement dans une phase préparatoire pour le projet d’euro numérique, adoptant une démarche méthodique pour son déploiement. Selon les dirigeants de la BCE, l’euro numérique vise à être un complément aux espèces et aux systèmes bancaires existants, assurant ainsi un système financier robuste et inclusif.

En progressant dans son projet d’euro numérique, la BCE continue de dialoguer avec les parties prenantes et le grand public pour dissiper les inquiétudes et les malentendus. En promouvant une compréhension nuancée des buts et de la structure de la CBDC, la BCE espère créer un cadre où l’euro numérique peut cohabiter avec les services bancaires traditionnels, contribuant à un secteur financier européen plus fort et sécurisé.

Cathy Norton
Cathy Norton
Je baigne dans les cryptos depuis 2012. C'est un domaine qui me passionne. Et comme tout passionné, j'aime transmettre mon savoir qui grandit jour après jour. Un domaine infini qui se renouvelle sans cesse. C'est ça qui est passionnant.

Autres Articles

spot_img
4,317SuiveursSuivre

Derniers Articles