spot_img

Des NFT qui se vendent à prix d’or

L’art en NFT fait encore parler de lui

Les ventes secondaires des Autoglyphes ont franchi le cap des 50 millions de dollars, affirmant leur statut emblématique dans le domaine de l’art blockchain à la suite d’une acquisition majeure récente.

Récemment, un lot de 10 Autoglyphes a été vendu pour 5’000 ETH, ce qui équivaut à environ 14.6 millions de dollars. Cette transaction est devenue la vente NFT la plus importante de ces deux dernières années et se classe comme le cinquième achat le plus conséquent réalisé sur la blockchain, posant un nouveau jalon pour la valeur de l’art numérique basé sur la blockchain.

La transaction a été facilitée par Fountain.xyz, un intermédiaire réputé spécialisé dans l’art numérique de collection. Elle a été effectuée par un collectionneur désirant garder l’anonymat, issu de la scène de l’art analogique traditionnel. Il envisage de présenter les Autoglyphes dans des musées et des institutions dans le futur, traitant ces acquisitions comme de l’art conventionnel.

Une pièce d’art exposé dans des musées

Les Autoglyphs, créés par Matt Hall et John Watkinson de Larva Labs, sont une suite à CryptoPunks et se composent de 512 œuvres uniques, devenant rapidement une collection prisée par les amateurs d’art génératif. L’ensemble acquis fait partie d’une sélection exclusive développée par Larva Labs, issue de la renommée « Old School Collection ».

Ces œuvres ont été exposées dans des lieux de renom tels que le Centre Pompidou et chez Sotheby’s, marquant leur influence notable dans le milieu de l’art numérique. Le Centre Pompidou, en particulier, a intégré ces pièces dans sa première exposition dédiée aux NFT.

Avec des ventes dépassant les 50 millions de dollars en transactions secondaires, les Autoglyphes solidifient leur place dans l’histoire de l’art blockchain. Lancés en 2019, ces œuvres représentent le premier exemple d’art génératif on-chain sur Ethereum. Elles se distinguent par leur unicité et leur propriété vérifiable directement dans la blockchain grâce à un algorithme sophistiqué qui a cessé de produire après la création des 512 glyphes, rendant ces œuvres uniquement disponibles sur le marché secondaire.

Roger Blonnay
Roger Blonnay
J'ai bourlingué à travers le monde comme journaliste itinérant. J'ai surtout écris des actualités commerciales et financières avant de plonger dans la cryptosphère en 2016. Ma passion, c'est l'investissement. Mais je m'intéresse également à la compréhension de la crypto du point de vue des finances personnelles et de ses fondamentaux.

Autres Articles

spot_img
4,317SuiveursSuivre

Derniers Articles