On compare les blockchains Solana et Polkadot

Les générations blockchain

L’époque où le bitcoin était la seule option pour la plupart des utilisateurs de cryptomonnaies est révolue. Aujourd’hui, il existe des dizaines de milliers de blockchains. Celles de première génération comme Bitcoin et Litecoin aux technologies de deuxième génération comme Ethereum. Le domaine s’est développé rapidement. Toutefois, cet article se concentre sur deux blockchains de troisième génération, Polkadot et Solana.

Qu’est-ce que Polkadot ?

Polkadot est un protocole blockchain de nouvelle génération destiné à faciliter la communication et l’interopérabilité entre différents réseaux blockchain. Il a été créé par Gavin Wood, l’un des cofondateurs d’Ethereum, et lancée en 2020.

Polkadot est conçu pour être une plateforme multi-chaînes. Cela signifie qu’il peut prendre en charge plusieurs réseaux blockchain parallèles, appelés aussi parachains. Elle vise à fournir une infrastructure unifiée, évolutive et sécurisée pour que différents réseaux de blockchain puissent se connecter et interagir. Elle peut partager des informations, des actifs et des services sans avoir besoin d’intermédiaires ou d’échanges centralisés.

Polkadot a son propre jeton cryptographique, le DOT. Il est utilisé pour sécuriser le réseau, payer les frais de transaction et participer à la gouvernance du protocole. Les détenteurs de DOT peuvent également mettre en jeu leurs jetons pour aider à sécuriser le réseau et obtenir des récompenses pour cela.

Qu’est-ce que Solana?

Solana est une blockchain de haute performance conçue pour créer des applications décentralisées et des crypto-actifs. Elle a été créée par une équipe de développeurs dirigée par Anatoly Yakovenko et a été lancée en 2020.

Solana est conçue pour être une blockchain rapide et évolutive. Elle a la capacité de traiter jusqu’à 65’000 transactions par seconde et peut prendre en charge un grand nombre de validateurs sans compromettre la sécurité. Elle utilise un mécanisme de consensus unique appelé Proof of History (PoH). Ca lui permet de maintenir un haut niveau de sécurité du réseau et d’atteindre un débit élevé en réduisant le temps nécessaire à la confirmation des transactions.

L’architecture de Solana est basée sur un réseau multi-nœuds qui peut traiter et valider des transactions en parallèle, ce qui la rend très évolutive. Elle comprend également plusieurs autres caractéristiques destinées à faciliter la tâche des développeurs, comme une suite d’outils de développement et la programmation en Rust et C++.

Solana VS Polkadot: les différences

Structure du réseau

Polkadot opte pour un réseau distribué de blockchains parallèles, appelées parachains. Ces parachains fonctionnent de manière indépendante et peuvent être personnalisées pour une grande variété d’applications. Elles peuvent également partager des données et des actifs entre elles de manière transparente.

En revanche, Solana opte pour une structure de réseau monolithique. Il n’y a pas de sharding, de mise à l’échelle de la couche 2 ou de blockchains parallèles. Cette structure est considérée comme plus sûre, car il y a moins de points de défaillance dans le réseau.

Consensus

Polkadot utilise un algorithme de consensus Nominated Proof of Stake (NPoS). Cet algorithme permet de mettre en place des pools d’enjeux sur la chaîne et permet aux utilisateurs de voter pour les validateurs qui les représentent. Dans ce cas, les validateurs sont un petit groupe d’individus qui gèrent les nœuds pour le consensus, tandis que les nominateurs peuvent les soutenir avec leurs enjeux.

Solana utilise un mélange de preuve d’enjeu (PoS) et de preuve d’historique (PoH) pour la sécurité du réseau. La PoH permet au réseau de synchroniser l’heure sur tous les nœuds, ce qui réduit considérablement le temps nécessaire au traitement des transactions.

Solana VS Polkadot: les avantages

Vitesse et coût

En termes de vitesse de transaction, Solana est bien plus avancé que Polkadot. Alors qu’elle peut atteindre environ 1’000 transactions par seconde, Solana a une vitesse maximale de 6’000 transactions par seconde… Cela en fait l’une des blockchains les plus rapides du marché.

Interopérabilité

Polkadot est conçue dès le départ pour l’interopérabilité. Ses parachains permettent aux applications de fonctionner indépendamment tout en partageant des informations, y compris des actifs et des services avec d’autres chaînes.

Bien que Solana offre également une certaine interopérabilité par le biais de ponts, elle n’est pas comparable à l’architecture parachain de Polkadot.

Temps d’arrêt du réseau

Bien que Solana offre des performances élevées, elle souffre toujours de temps d’arrêt du réseau. Par exemple, le 14 septembre, Solana a été indisponible pendant près de 17 heures. Polkadot n’a pas connu de tels temps d’arrêt dans son fonctionnement, ce qui en fait une option plus stable.

Polkadot VS Solana: quels sont les problèmes résolus ?

Quel problème Polkadot résout-il ?

Polkadot vise à résoudre plusieurs problèmes clés dans l’espace blockchain, notamment l’évolutivité, l’interopérabilité et la gouvernance.

  • Évolutivité: L’un des principaux défis auxquels sont confrontés les réseaux de blockchain est l’évolutivité. L’architecture multichaîne de Polkadot est conçue pour remédier aux ralentissements en permettant à plusieurs réseaux de blockchain de fonctionner en parallèle. Chacun avec son propre ensemble de validateurs et de mécanismes de consensus.
  • Interopérabilité: Un autre défi majeur dans le domaine de la blockchain. Polkadot est conçue pour permettre à différents réseaux de blockchain de se connecter et d’interagir les unes avec les autres par l’intermédiaire de sa chaîne de relais partagée. Cela peut permettre des transactions entre chaînes et le partage de données et d’actifs entre différents réseaux de blockchain.
  • Gouvernance: Les blockchain sont souvent confrontées à des défis liés à la gouvernance, y compris la prise de décision, les mises à niveau et l’implication de la communauté. Le modèle de gouvernance de Polkadot est conçu pour être plus inclusif et décentralisé, permettant aux parties prenantes de participer au processus de prise de décision.

Quel problème Solana résout-il ?

Solana vise à résoudre le problème de l’évolutivité dans l’espace blockchain, l’un des défis les plus importants auxquels est confrontée la technologie blockchain.

Lorsque de plus en plus d’utilisateurs et d’applications commencent à utiliser un réseau blockchain, le nombre de transactions et la taille de la blockchain peuvent augmenter rapidement, ce qui peut provoquer une congestion et ralentir le réseau. Cela peut entraîner des frais de transaction élevés et de longs délais de confirmation. Ça limite la facilité d’utilisation et le potentiel de croissance d’une blockchain.

L’architecture de Solana est conçue pour résoudre ce problème en utilisant un nouveau mécanisme de consensus appelé Proof of History (PoH) et un réseau multi-nœuds qui peut traiter et valider les transactions en parallèle. Le PoH permet au réseau de maintenir un niveau élevé de sécurité tout en réduisant le temps nécessaire à la confirmation des transactions. Ceci, combiné à la capacité du réseau à traiter jusqu’à 65’000 transactions par seconde fait de Solana l’un des réseaux blockchain les plus rapides et les plus évolutifs disponibles.

Crypto Ayor
Crypto Ayor
Né dans la crypto en 2017. Premier bullrun vécu et premières désillusions. J'ai appris pendant le bear market et le monde des cryptos n'a (presque) plus de secrets pour moi. De formation économique universitaire, j'ai travaillé dans les banques et les Family Offices. La finance est mon background, les cryptos mon avenir.

Autres Articles

spot_img
916SuiveursSuivre

Derniers Articles